Journaliste en danger (JED) dénonce un déni de justice et une pression judiciaire sur les six journalistes de la Radio Communautaire Bumba Lokole qui viennent d’être condamnés à une année de prison dont six mois avec sursis pour « dénonciation calomnieuse et imputations dommageables ».

Selon les informations parvenues à JED et confirmées par l’avocat-conseil de ces journalistes, le tribunal de paix de Bumba a rendu son verdict, le mardi 16 mars 2021, dans l’affaire qui opposait  Henri Engonda, John Isanga, Arsène Mokema, Chimène Mangondo, Merveille Ngoya et Prospère Boyange, tous journalistes à la Radio communautaire Bumba Lokole, station émettant à Bumba, dans la province de la Mongala (Nord-Ouest de la RD Congo) à  M. Ruffin Makombo, Président du conseil de gestion de leur média, accusé de mauvaise gestion et de harcèlement sexuel.

Pour rappel, les six journalistes avaient été condamnés par défaut, le 16 février 2021, à trois ans de prison ferme et au paiement d’une amende de 500.000 Francs congolais (250 dollars américains) et 1 millions de Francs congolais (500 dollars américains) des dommages et intérêts.

Un acte d’opposition de ce jugement était introduit au tribunal par l’avocat de ces journalistes. Et, le 5 mars 2021, les journalistes ont obtenu une liberté provisoire après paiement d’une caution de 60.000 FC, soit 30 dollars américains, à chacun. Etant en liberté provisoire, les journalistes continuaient à comparaitre devant le tribunal. 

JED exprime sa grande déception après cette condamnation des journalistes qui confirme, une fois de plus, l’urgence et la nécessité de la révision de la loi actuelle sur la presse qui fait la part belle aux prédateurs de la liberté de presse et d’expression pour faire taire les voix qui les dérangent.