Kinshasa : JED dénonce un licenciement abusif des journalistes à la Radiotélévision nationale pour avoir couvert une manifestation hostile au pouvoir

Journaliste en danger (JED) déplore et condamne la révocation, sans préavis, de trois professionnels des médias œuvrant au sein de la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC) pour avoir filmé et tenté de diffuser, sur les ondes de ce média public, une manifestation politique hostile au pouvoir du Président Joseph Kabila.

Selon les correspondances adressées, les 22 août et 3 septembre 2018, à ses agents et dont JED a pu obtenir une copie, le Directeur général de la RTNC a résilié sans préavis le contrat de travail de Syande Emaka (Cameraman), Marie Lelo (Journaliste) et Benjamin Okakesema (Monteur) pour « avoir proposé au journal télévisé de 20 heures du 22 août 2018, des images appelant à la rébellion, en déjouant la vigilance de toute la chaine de responsabilité ».

Cette décision a été prise après la couverture par Lelo et Emaka d’une manifestation du Président national du parti politique dénommée « Front de Libération Nationale du Congo » (FNLC), Elie Kapend, qui a lancé un ultimatum de cinq jours au Président Joseph Kabila, pour quitter le pouvoir en annonçant une transition politique conduite par lui-même avant la tenue des élections présidentielles prévues le 23 décembre 2018.

Dans sa défense, Syande Emaka a indiqué qu’ils ont été contactés pour couvrir une manifestation dans l’enceinte de l’Université Pédagogique Nationale (UPN). Arrivés sur le lieu du reportage, ils ont été conduits au siège du FLNC en périphérie de la ville de Kinshasa où le président de cette formation politique  a prononcé un discours ne cadrant pas avec la ligne éditoriale de la RTNC. Raison pour laquelle, ce reportage avait été préalablement soumis à la direction de la chaine qui l’a d’ailleurs censuré.

Journaliste en danger (JED) s’insurge donc contre les révocations abusives des journalistes qui n’ont diffusé aucun élément de leur reportage, alors que plusieurs autres journalistes et médias de Kinshasa avaient couverts et diffusés cette manifestation dans leurs médias respectifs.

Alors que s’approche la période de la campagne électorale, JED redoute que ces révocations des journalistes ne soient le prélude à la confiscation et au renforcement de la censure sur les médias publics.