Meurtre du journaliste gambien Deyda Hydara : Les Organisations de défense de la liberté de la presse exigent des poursuites judiciaires contre l’ancien Président Gambien Yahya Jammeh

Journaliste en danger (JED) joint sa voix à celle du  Réseau régional d’organisations de défense de la liberté d’expression (AFEX) ,dont elle est membre, en appelant les dirigeants africains et mondiaux à prendre des mesures immédiates pour traduire en justice l’ancien dictateur Gambien Yahya Jammeh pour le meurtre, en 2004, de M. Deyda Hydara, ancien président de la Gambia Press Union (GPU) et éditeur de The Point, un journal indépendant Gambien.

Le lieutenant Malick Jatta  a déclaré à la Commission de Vérité, Réconciliation et Réparation (CRRT), lors d’une audience publique tenue à Banjul le 22 juillet 2019, que le journaliste avait été assassiné sur ordre direct du président Jammeh dans le cadre de l’opération « Stylo magique ». Il a déclaré que le capitaine Tumbul Tamba, qui commandait l’équipe de frappe, était en communication téléphonique avec le président de Jammeh.

Le lieutenant Malick Jatta  et deux autres officiers de l’armée, Alieu Jeng et Sana Manjang, faisaient partie du commando qui a abattu M. Hydara le 16 décembre 2004 sur ordre du Président Jammeh.

Vu l’urgence et la gravité de ces révélations, l’AFEX appelle les organismes régionaux et internationaux, en particulier la CEDEAO et l’UA à faire pression sur le gouvernement de la Guinée Equatoriale pour qu’il extrade immédiatement l’ancien Président Jammeh vers la Gambie, ce qui constituerait un premier pas en vue de le traduire en justice. L’extradition de l’ancien Président Gambien sera un signal fort lancé en vue de mettre un terme à l’impunité des crimes contre les journalistes.

 L’AFEX exhorte les dirigeants régionaux de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de l’Union africaine (UA) à collaborer avec les organes et mécanismes compétents des Nations Unies afin de lancer une enquête internationale indépendante sur l’assassinat de M. Hydara afin d’identifier toutes les personnes impliquées. dans ce crime odieux et les rôles que chacun d’eux a joué et veiller à ce qu’ils soient traduits en justice.

Enfin l’AFEX lance un appel pressant au gouvernement Gambien à s’abstenir d’accorder toute amnistie ou immunité à aucune des personnes impliquées dans le meurtre de M. Hydara, y compris l’ancien Président Jammeh.